Comment bien choisir son masque de protection respiratoire ?

Comment bien choisir son masque de protection respiratoire ?

Comment bien choisir son masque de protection respiratoire ? Quelques astuces pour porter un masque efficacement

Bien choisir son masque respiratoire est une priorité de nos jours pour être bien protégé des organismes présents dans l’air ambiant qui peuvent s’avérer contaminants. Le masque vous protège des aérosols en tous genres, ses couches de filtres vous permettent de respirer confortablement tout en bloquant les particules dangereuses. Comment bien le choisir ? 

Quels types d’appareils de protection existe-t-il ?

Votre protection individuelle vous évite l’inhalation de matières toxiques ou impropres pour éviter de mettre en danger vos voies respiratoires et votre organisme. Jetable ou réutilisable, le masque filtre les poussières grâce à différentes couches de tissus polypropylène non tissés qui se superposent pour garder un confort respiratoire et garder une action filtrante selon le niveau de filtration choisi. 

Il existe plusieurs types de masques, parmi eux, le masque chirurgical est le plus courant à l’heure actuelle. Sa seule fonction est de retenir les projections contaminées issues de votre organisme vers celui de votre interlocuteur. Il ne se compose que de peu de couches et apporte une protection assez basique. 

Les masques performants en matière d’aérosol et de poussière remplissent la norme européenne FFP et se catégorisent en trois variétés : FFP1,2 ou 3.

Ils ont une capacité à filtrer les particules nocives et toxiques à différents degrés. De ce fait, le masque FFP1 apporte une meilleure protection des voies que le masque chirurgical mais n’est adapté que pour du bricolage. Les masques filtrants de cette catégorie évitent l’inhalation de particules solides rejetées par  un isolant par exemple, ils protègent contre des aérosols solides et liquides qui sont les moins dangereux. Auquel cas on optera pour les modèles supérieurs. 

Le masque FFP2, notamment celui fabriqué par Paul Boyé, est fréquemment utilisé en masque filtrant dans le milieu médical, il filtre les poussières fines notamment dans l’activité agricole où l’on utilise des produits chimiques et produits phytosanitaires, la verrerie, la métallurgie et l’industrie pharmaceutique. Il est notamment recommandé pour se protéger contre la pulvérisation de substances contaminantes comme la covid mais également la grippe. Cet appareil de protection est plus adapté à un environnement de travail où la qualité de l’air est inférieure aux normes qui la régissent. 

Enfin, le masque anti-poussière FFP3 filtre quasiment la totalité de l’air (99%). Le demi-masque est conçu pour être efficace contre les fumées et aérosols nocifs. Il protège contre les substances cancérigènes en passant par l’organisme contaminant comme le virus. 

Comment bien choisir son masque de protection respiratoire ? Porter son équipement de protection respiratoire

L’utilisation de vos protections respiratoires dépend de vos environnements et du niveau de toxicité de l’air. Le type de masque s’adapte à différents environnements pour un niveau de protection qui varie. N’hésitez pas à coupler l’appareil de protection respiratoire avec des lunettes de protection notamment dans les travaux de ponçage de matières métalliques par exemple, ou lors de l’emploi d’autres techniques avec un outillage produisant des résidus solides plus ou moins imposants qui mettraient en danger vos yeux.

Choisir un masque peut se compléter facilement avec d’autres équipements de protection selon ce que vous entreprenez : cela peut être de porter des casques, des gants, etc. 

Le port du masque facial à usage unique laisse le champ de vision libre pour travailler en sécurité. Cependant, le port de lunettes combiné avec le port du masque peut créer de la buée sur vos verres, pensez à poser vos montures sur le système de fixation fournis par la barrette nasale du masque pour garder une bonne protection des voies respiratoires et vous apporter un confort visuel également.

Concernant le confort, un type de masque FFP2 comporte une valve ou soupape pour une évacuation de l’air rejeté. Très pratique dans le milieu des chantiers notamment, il est proscrit en hôpital et en tout lieu médical dans lequel il est possible de transmettre par son rejet d’air, des substances virales qui mettent en danger le patient. 

Pour une protection individuelle, mais également pour veiller à ne pas transmettre d’organismes dangereux à votre entourage, le masque jetable est votre allié dans la vie de tous les jours comme sur votre lieu de travail.

Ces petites astuces vous aideront sûrement si vous vous demandiez comment choisir ses protections respiratoires.